Skip to content Skip to footer
Bangladesh

Réclamer justice pour Shahnewaz Chowdhury

Case banner
Shahnewaz Chowdhury risque la prison pour une publication sur Facebook

Shahnewaz Chowdhury s’inquiétait de l’impact qu’une nouvelle centrale électrique à charbon allait avoir sur son village, et en a fait part sur Facebook. Il encourt actuellement plusieurs années de prison pour s’être exprimé ouvertement.

Fervent adepte du cricket, Shahnewaz pratique ce sport depuis l’enfance. Il est également passionné d’écriture et se sert des mots pour expliquer ouvertement les difficultés auxquelles est confrontée la population de la région de Banshkhali, zone côtière de faible élévation, exposée aux effets du changement climatique, qui se situe dans le sud-est du Bangladesh.

L’implantation d’une nouvelle centrale électrique à charbon dans son village devait marquer un tournant dans le développement de la région. Mais Shahnewaz craignait la destruction environnementale qui allait s’ensuivre.

Le 26 mai 2021, la zone a été balayée par une tempête. Des pluies diluviennes et des vents forts se sont abattus sur le village. Des maisons ont été détruites. Préoccupé par l’impact de projets dangereux pour l’environnement comme celui de la nouvelle centrale électrique, laquelle avait contribué, selon lui, à l’augmentation des ondes de tempête, Shahnewaz s’est servi de Facebook pour formuler ses craintes. Il a encouragé les jeunes à s’exprimer haut et fort, en écrivant : « La jeunesse de Banshkhali doit résister à l’injustice et soutenir le développement au moyen d’une écriture courageuse. »

Le lendemain, l’entreprise gérant la centrale électrique a engagé des poursuites à l’encontre de Shahnewaz, l’accusant d’avoir diffusé de fausses informations. Le 28 mai 2021, Shahnewaz a été arrêté par la police pour sa publication sur Facebook, en vertu de la Loi bangladaise relative à la sécurité numérique, dont les dispositions sont oppressives. Il a été détenu 80 jours dans des conditions inhumaines, sans être jugé. Il a été libéré sous caution le 16 août 2021 mais, s’il est déclaré coupable, il encourt une longue peine d’emprisonnement.

Passez à l’action sans attendre pour réclamer justice en faveur de Shahnewaz.

Signez la pétition pour demander la libération d'Imoleayo Michael !

Monsieur le Procureur général de la Fédération,

Imoleayo Michael est un jeune programmeur informatique qui veut simplement un Nigeria plus juste et plus équitable. En octobre 2020, il s’est joint à d’autres jeunes qui manifestaient contre la Brigade spéciale de répression des vols (SARS), une unité de la police connue pour ses actes de violence, ses chantages et ses homicides. Deux semaines plus tard, des hommes armés l’ont emmené de chez lui et l’ont enfermé dans une cellule souterraine où il est resté 41 jours. Il est sous le coup d’accusations mensongères et encourt des années de prison, tout cela parce qu’il est convaincu que la police du Nigeria peut faire mieux pour le peuple qu’elle est censée protéger. Je vous demande instamment d’abandonner immédiatement toutes les charges retenues contre Imoleayo Michael.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Procureur général de la Fédération, l'expression de ma haute considération.

%%votre signature%%

Partagez avec vos amis :

     

Rejoignez ceux qui défendent les droits humains

LES DERNIERS SIGNATAIRES

35 winner S. Togo Déc 28, 2021
34 David A. Togo Déc 28, 2021
33 Kossi Nikabou N. Togo Déc 28, 2021
32 Philippe A. Togo Déc 25, 2021
31 AMIVI LUCIE N. Aland Islands Déc 21, 2021
30 Alphonse A. Togo Déc 20, 2021
29 Anonyme Togo Déc 20, 2021
28 Moukail T. Togo Déc 20, 2021
27 Komla T. Togo Déc 18, 2021
26 Anonyme Togo Déc 18, 2021

Amnesty International Togo
© 2024. Tous droits réservés.